Evénements gratuits et tout public

 


 

 

- Soirée « Les zones humides mises en valeur par les citoyens » au Cinéma MANIVEL à Redon, le 6 février 2020 à 20h15

  • Concours photos de juin à octobre 2019, « Les Marais de Vilaine : Prairies et BiEAUdiversité » intégrant de l’émotion et de la fantaisie : témoignages et remise de prix
  • Concours Agricole Marais de Vilaine des pratiques Agro-Ecologiques de juin 2019 : témoignages et remise de prix
  • Concours de Nouvelles « Plum’eaux 2019 » en partenariat avec la Médiathèque de Redon : lecture du 1er récit et remise de prix



- Expositions sur les zones humides :

Au Cinéma MANIVEL à Redon : du 31 janvier au 24 février

  • Exposition de photos des marais de Vilaine : les meilleurs clichés du concours photos sur les prairies et photos de l’EPTB Vilaine
  • Exposition du Parc naturel régional de Brière : sur la biodiversité « Tout est vivant, tout est lié » et « Dans le secret des roselières »
  • Exposition du Parc naturel régional de Brière et de la Chambre d’Agriculture des Pays de Loire sur la diversité écologique des prairies humides

 

Devant le château du Parc Anger à Redon : du 3 au 28 février 2020

  • Exposition sur les libellules de l’association Eau et Rivières de Bretagne



- Visite guidée « Au Bout du Monde » (au Domaine de la Roche du Theil et Marais de l’Oust) : mercredi 19 février 2020 à 15h00

Découvrez avec Emmanuel LEMARE les marais et le panorama du « Bout du Monde », les légendes du Rocher des Amoureux et une histoire géologique à dormir debout !
Inscription au 02 99 71 06 04 (nb de place limité) à l’Office de Tourisme du Pays de Redon – Tout public, à partir de 6 ans
Boucle de 2.5 km, chemin mouillé ou pentu par endroits

 

- Conte musical « des marais et des eaux » : samedi 1er février 2020 à 16h (à la Médiathèque de Redon) – tout public, à partir de 6 ans

EPTB Vilaine : Offre de stage de fin d’études (6 mois – mars à août 2020)


Erosion des sols et stratégies d’intervention à l’échelle du Bassin de la Vilaine

 


 
Présentation de l’EPTB Vilaine


L’Etablissement Public Territorial du Bassin (EPTB) de la Vilaine assure une mission de gestion équilibrée de la ressource en eau et des milieux aquatiques à l’échelle du bassin de la Vilaine (11 000 km², 535 communes) : gestion du barrage estuarien d’Arzal-Camoël, production d’eau potable, gestion des inondations, gestion de l’estuaire, animation du DOCOB Natura 2000 Marais de Vilaine et de Redon, expertise et suivi sur les poissons migrateurs, lutte contre les plantes invasives et mission de coordination territoriale avec l’animation du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) et l’assistance aux opérateurs de bassins (syndicats de bassin versant et communautés de communes ou d’agglomérations).

 
Contexte


La problématique érosion des sols


L’érosion hydrique des sols provoque des dégâts :

  • Pertes de terre ;
  • Problèmes de levée de semis ;
  • Transferts de nutriments (N,P) et pesticides par ruissellement ;
  • Obstacles aux passages d’engins agricoles ;
  • Pollution et turbidité des eaux de surface et souterraine ;
  • Inondation et coulées boueuses sur les voiries (communales, départementales) et éventuellement sur les habitations ;
  • Obstruction des réseaux de drainage et d’évacuation des eaux.

Ainsi, les actions de lutte contre l’érosion hydrique peuvent être bénéfiques à plusieurs niveaux :

  • Assurer la pérennité de la production d’eau potable en quantité et qualité ;
  • Protéger les personnes et les biens contre les inondations et coulées boueuses,
  • Améliorer la qualité biologique des cours d’eau,
  • Lutter contre l’eutrophisation des retenues d’eau et du littoral,
  • Diminuer les quantités de pesticides et de MES dans l’eau,
  • Réduire les contaminations du littoral et particulièrement les contaminations microbiologiques
  • Limiter des dégâts et donc des coûts liés à la dégradation des voiries ;
  • Préserver le capital sol dans ses dimensions patrimoniale mais aussi agronomique et économique.

 

Une première collaboration EPTB Vilaine – AGROCAMPUS OUEST


Le programme  Sols de Bretagne 3 (2018-2020) coordonné par AGROCAMPUS OUEST concerne l’estimation de l’érosion hydrique des sols à l’échelle Régionale en Bretagne. Un modèle et un traitement statistiques permet le classement du niveau de risque est attribué soit à la commune, soit à la masse d’eau. A cette échelle, il est difficile de les valider et de connaître leur pertinence à une échelle plus fine.
Une première collaboration a donc été établie avec l’EPTB Vilaine et des syndicats de bassin versants locaux à forts enjeux érosifs. L’expertise et la connaissance du terrain des relais locaux ont été mis à contribution en vue de :

  • Valider les résultats du modèle de sensibilité et d’aléa érosion ;
  • Améliorer le modèle par la prise en compte du bocage, notamment des haies et talus boisés perpendiculaires à la pente.


L’idée sous-jacente est de considérer que la connaissance plus précise de la sensibilité des bassins versants à l’érosion permettra de prioriser les efforts sur certains sites qui seront identifiés comme plus sensibles à l’érosion.

 

Les actions concernant l’érosion des sols sur le bassin versant de la Vilaine


A l’échelle du bassin versant de la Vilaine, différentes actions participent à lutter  contre l’érosion des sols. Nous pouvons citer :

  • Les programmes bocagers portés par les syndicats de bassin et les EPCI visant à limiter les transferts de polluants des parcelles agricoles vers le réseau hydrographique ;
  • Des démarches ascendantes participatives et innovantes expérimentées sur certains territoires à l’échelle communales qui réunissent les acteurs locaux (élus, agriculteurs, associations environnementales), déterminent les zones à enjeux érosif et proposent des actions anti-érosives. Nous pouvons citer des expériences sur des communes du bassin versant de l’Arguenon (22), du Grand bassin de l’Oust (56) et  de Loudéac Communauté (22) ;
  • Des études de terrain réalisées en prestation et visant à limiter les transferts de phosphore à l’échelle de la masse d’eau sur la Vilaine amont, le Canut nord ;
  • Des diagnostics DPR2 (Diagnostic Parcelles à Risques), tant à l’échelle de l’exploitation (Grand bassin de l’Oust, Vilaine amont) qu’à l’échelle de masse d’eau (Meu et Seiche)
  • Une étude de ruissellement sur le bassin versant de la Chère et sur les bassins du Champalaune (Flume) et de la Quincampoix (Ille et Illet)



Objet de la mission


Les questions posées


La prise en compte de la problématique de l’érosion des sols sur le territoire du bassin de la Vilaine s’articule autour de 3 questions complémentaires :

  1. Comment poser un diagnostic sur le thème de l’érosion, et à quelle échelle : région, bassin de la Vilaine, sous-bassin, masse d’eau, exploitation, parcelle)?
  2. Quelle stratégie d’animation et quels outils mobiliser pour être efficace dans les actions à entreprendre ?
  3. Quels sont les bénéfices et/ou coûts évités pour les différents acteurs du territoire (exploitants agricoles, producteurs d’eau potable,  collectivités, etc…) ?



Proposition  d’un stage


Compte de tenu du temps et des compétences techniques à mobiliser, nous nous nous consacrerons aux questions 1 et 2. Et ce, d’autant plus que le Centre de Recherche et d’Expertises techniques sur l’Eau de Bretagne (CRESEB) envisage au cours de l’année 2020 de traiter au moins en partie  la troisième question.


Le déroulement du stage pourrait être le suivant :

-    Bibliographie sur la thématique « érosion hydrique des sols » ;
-    Organisation d’ateliers de restitution de l’étude AGROCAMPUS OUEST, de retours d’expérience, et recueil des besoins des animateurs agricoles sur cette thématique ;
-    Analyse critique faisant ressortir les objectifs poursuivis, les avantages/ inconvénients, les facteurs de réussite de la diversité des outils utilisés dans les retours d’expériences (sur le bassin versant de la Vilaine, mais aussi en dehors) à différentes échelles (régionale, bassin versant de la Vilaine, masses d’eau, communes, exploitations, parcelles;
-    Proposition d’une stratégie globale d’intervention à l’échelle du bassin versant de la Vilaine sur cette thématique (hiérarchisation territoriale avec préconisation par secteur)


Livrables :

-    Pour chaque type d’action issu des retours d’expérience (cf. paragraphe précédent), production d’une fiche technique qui présente les objectifs, la méthode, les avantages, les inconvénients, les conditions de sa réalisation, les leviers qui permettent d’engager l’action concrète visant à lutter contre l’érosion ;
-    Rédaction d’une stratégie d’intervention à l’échelle du bassin versant de a Vilaine ;
-    Carte SIG de l’aléa érosion des sols la plus pertinente à l’échelle du bassin versant de la Vilaine.


Encadrement


Le stage sera encadré par Gabriel Béduneau (chargé de l’animation du réseau des bassins versants) et ponctuellement par Christophe Danquerque (responsable Responsable de la cellule planification). Pour la partie géomatique, le stagiaire sera soutenu techniquement par Benjamin Magand, technicien SIG.
Un comité technique, composé d’opérateurs de bassins, d’AGROCAMPUS OUEST et de partenaires techniques(Chambre d’Agriculture). 


Profil recherché


Ingénieur en agronomie ou Master 2 en gestion intégrée des bassins versants
Options : agronomie, environnement, géographie, aménagement

Capacité à organiser son travail, à travailler en équipe
Permis B indispensable

 

Conditions


Durée du stage : 6 mois
Période souhaitée : entre mars et août (dates précises à fixer avec la personne retenue)

La mission se déroulera au siège de l’EPTB Vilaine, à la Roche Bernard où un bureau et du matériel informatique seront mis à disposition. Les déplacements professionnels (terrain et réunions à prévoir sur l’ensemble du bassin de la Vilaine) se feront avec un véhicule de service ou à défaut avec le véhicule personnel (frais remboursés).

Indemnités de stage : environ 700 € nets par mois, possibilité de chèques déjeuner (d’une valeur unitaire de 8 € dont la moitié est pris en charge par l’employeur).

Logement : possibilité de louer un studio meublé, propriété de l’EPTB Vilaine (loyer 2018 = 192 €/mois, à réajuster en 2019) situé à quelques kilomètres (sous réserve de disponibilité)

 

 



Adresser les candidatures à :


Monsieur le Président de l’EPTB Vilaine
Boulevard de Bretagne – BP 80011 – 56130 La Roche-Bernard ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour tout renseignement complémentaire :
Gabriel Béduneau, chargé de l’animation du réseau des bassins versants
Tel : 02 99 90 94 35 – courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet de l’EPTB : www.eptb-vilaine.fr

Directeur du Syndicat Chère-Don-Isac (F/H)

 

Couvrant un territoire composé de 8 EPCI, 107 000 habitants sur 190 000 hectares entre Nantes et Rennes, le nouveau Syndicat Chère-Don-Isac issu de la fusion de 3 syndicats de bassins versants recrute son (sa) directeur.rice pour mener un programme ambitieux et réaliste de gestion des milieux aquatiques.

 Recrutement prévu pour le 1er janvier 2020

 

 

Fiche de Poste de Direction SCDI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Vous découvrez le rapport d’activité de l’année 2018 de l’EPTB Vilaine.

C’est une année importante qui a vu se concrétiser la mise en place du Syndicat Mixte avec ses nouveaux membres.

 Bienvenue à tous les EPCI et aux grandes structures productrices d’eau potable qui nous ont rejoint aux côtés des départements fondateurs de l’ex IAV. Cette première année de vie de l’EPTB a été dense en réunions et en décisions pour mettre en place nos nouvelles instances en co-construction. Les équipes ont été largement sollicitées pour cette mise en route tout en assurant les missions en cours avec les partenaires des territoires (mise en oeuvre du SAGE, fonctionnement du barrage d’Arzal et des barrages amont de la Vilaine, production d‘eau potable, Natura 2000, PAPI, installation de l’instance de dialogue social…).

Un gros travail est en cours pour le transfert des compétences Protection des Innondations (PI) et parfois la gestion des Milieux Aquatiques (GEMA) des EPCI vers l’EPTB suite aux adhésions des nouveaux membres. L’année 2018 a été hélas trop courte et 2019 sera tout aussi dense. Vous trouverez une synthèse de tous ces travaux ainsi que les perspectives dans ce rapport.

Le pari à été relévé et nous avons ensemble construit les fondations d’une politique de l’eau intégrée sur le bassin de la Vilaine où l’objectif de bonne état des eaux est la priorité dans un contexte de réchauffement climatique.

Bonne lecture à tous.

Solène MICHENOT

Rapport d'Activité 2018

 

 


 

Aller au haut